Vin et cinéma n°13 : Inception

Pour bien débuter 2014, je vous propose de commencer par un film qui a su s’imposer ces dernières années. Ce film n’est autre que la réussite de Christopher Nolan, j’ai nommé Inception.

leonardo_di_caprio_inception

Même Leo il s'y paume, c'est dire

Ahhh, Inception. Film aux mille mystères, qui nous fait sans cesse nous demander si nous sommes dans le rêve ou la réalité, si c’est la toupie ou la bague ? Dans quel état j’ère ? Bref, que de questions philosophiques devant ce film…et une vraie qui se pose à l’amateur de vins : On boit quoi devant ?

Question très difficile, car comme pour le film, il faut un vin qui nous perde un peu. Un truc qui semble classique, connu, mais qui en même temps ait ce petit quelque chose qui vous niaque, qui vous balade et vous interroge.

Mais d’où ça vient ça ? C’est bon mais j’ai du mal à le localiser. C’est structuré, mais en même temps, y’a une petite fraîcheur qui me dit que…qui me dit que… ah tiens, sa toupie elle tourne encore à l’autre. Mais mince, on dirait du gamay en fait. Ouais, ça y ressemble, tiens, il a plus sa bague dans ce plan Leo…

Bref, vous voyez l’idée, bague ou pas, toupie ou pas, vous êtes dans ce verre qui devait être une jolie grappe de gamay il y a quelques temps, mais qui a bien été élevée, avec du cœur et de l’amour, afin d’en extraire ce qui s’en fait de mieux.

Mais en même temps, il a trop de corps pour venir de la Loire (ah cette petite Touraine…), et puis il a ce petit quelque chose qui nous fait dire que non, il est presque trop rustre pour venir du Beaujolais.

yvan_bernard_boudes

Le vin qui t'inceptionnise direct !

D’où il vient alors ce rogntudjud’vin dirait notre cher Prunelle ? Pendant ce temps, Leo joue aux James Bond dans la neige, et le boy scout Joseph Gordon-Levitt cherche à savoir à quel niveau de rêve on est. Et là, c’est la révélation, l’illumination, ce gamay superbement travaillé, corpulent, fin, qui nous balade depuis 2h, et bien il vient d’Auvergne. Et oui, l’Auvergne, cette région isolée (qui a dit perdue ?), vallonnée, offrant de superbes paysages façonnés par les volcans millénaires.

Dans ces côtes d’Auvergne (qui est une AOC depuis 2011, si si), il y a les Boudes, 45 petits hectares où officie Yvan Bernard, qui nous offre cette bouteille complète, structurée, surprenante…

Et pendant qu’on regarde sur Google Maps où est localisée la commune de Montpeyroux pour y faire un saut et ramener 15 caisses de ces Boudes, on a loupé la scène où la toupie doit tomber…ou pas. Mais en même temps, on s’en tamponne un peu, le vin était si bon, finalement meilleur que le film !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :