Vin & Cinéma n°1 : Warm Bodies

Car il faut bien commencer un jour, et bien j'ai décidé que ce serait aujourd'hui. Et oui, aujourd’hui le 27 mars 2013 que débute cette nouvelle chronique sur 1098.fr, j’ai nommé Vin & Cinéma.

En quoi consiste-elle ? Grande question. Ceux qui me connaissent savent que je suis un grand amateur de cinéma… je crois qu’à part le vin, il y a peu de domaine où je consacre autant de temps libre. Donc je me suis dit, pourquoi ne pas lier les deux dans une chronique un peu rigolote ? Certains aiment analyser le vin, le comparer à des personnes etc. et pourquoi ne pas comparer un film à un vin ? En tant qu’œuvre artistique (l’un comme l’autre), je pense qu’il est facile de faire des rapprochements entre les émotions que procurent l’un et l’autre. Certains vignerons le font bien sur la musique (goûtez donc le Madame Butterfly ou La Bohème du Château Juliette, vous comprendrez), allons-y donc sur le cinéma.

Le but de cette chronique sera donc de parler d’un film (une sortie de la semaine, un grand classique…on verra selon mon humeur) et de le confronter à un vin qui lui ressemble en termes d’émotions, de plaisir etc.

Bref, cela commence aujourd’hui avec le film Warm Bodies, sorti il y a maintenant tout juste une semaine en salle.

Synopsis

Un mystérieux virus a détruit toute civilisation. Les rescapés vivent dans des bunkers fortifiés, redoutant leurs anciens semblables devenus des monstres dévoreurs de chair.
R, un mort-vivant romantique, sauve contre toute attente Julie, une adorable survivante, et la protège de la voracité de ses compagnons. Au fil des jours, la jeune femme réveille chez lui des sentiments oubliés depuis longtemps… Elle-même découvre chez ce zombie différent autre chose qu’un regard vide et des gestes de momie…
Perturbée par ses sentiments, Julie retourne dans sa cité fortifiée où son père a levé une armée. R, de plus en plus humain, est désormais convaincu que sa relation avec Julie pourrait sauver l’espèce entière… Pourtant, en cherchant à revoir Julie, il va déclencher l’ultime guerre entre les vivants et les morts. Les chances de survie de ce couple unique sont de plus en plus fragiles…

Mon avis

Warm Bodies est typiquement le film « de zombies » sympathique. Dans la trempe d’un Zombieland, on s’amuse à voir se balader des zombies en suivant leurs pensées…et leurs coups de cœur. Sans être un futur film culte, Warm Bodies est plus un film « pop-corn », qui se regarde entre amis sans prise de tête.

Quel vin ?

Alors, quel vin associer à ce visionnage de Warm Bodies ? Assurément quelque chose de léger, un vin de « potes ». Mais en même temps, on n’est pas dans du « grand public », le film s’adressant plutôt à un public jeune et un peu « geek »…hmmm, quelque chose de sympathique avec lequel on passe une bonne soirée, plutôt jeune et dynamique… Le réalisateur, Jonathan Levine est une jeune pépite, primée à Sundance qui mérite de percer.

yo_no_puedo_masJe m’orienterais donc vers le Yo No Puedo Mas du Mas d’Agalis. Pourquoi ? Car c’est un vin facile à boire, convivial et chaleureux, avec lequel on passe d’excellents moments.  Lionel Maurel, à la manière de Jonathan Levine, mérite de devenir un grand du vin. Goûtez, vous verrez !

Voilà, j’espère que cette première chronique Warm Bodies / Yo No Puedo Mas vous a plu, et donc à la prochaine !

1 comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :