Tout savoir sur le whisky

Bon, il est vrai, le titre de l'article est un peu présomptueux, je n'ai aucunement vocation à être une encyclopédie sur le whisky, chose valable aussi pour le vin, cognac & co... Non, mon ambition se limite ici à vous faire un petit résumé sur cet alcool à la mode (il faut bien le dire) que j'aime beaucoup. Si en bonus je peux vous donner quelques avis et quelques retours d'expérience, c'est encore mieux non ? Et puis de toute façon, jamais je n'aurai la science de Wikipedia, alors limitons-nous à nos capacités.

A la base...

alambics_glenfiddichA la base du whisky, il y a des céréales maltées ou non (blé, maïs, avoir, seigle, orge...). Pour information, on les appelle "maltées" quand elles sont germées et caramélisées. Le maltage se termine en séchant les graines au-dessus d'un four, parfois alimenté avec de la tourbe... ce qui aura une certaine importance dans un futur proche. Ce résidu de céréales sera alors brassé avec un ajout d'eau, le moût obtenu étant ensuite fermenté par une fermentation alcoolique "classique" par ajout de levures. Le "wash" résultant est alors distillé un certain nombre de fois, à la manière du Cognac afin d'en extraire une eau-de-vie.

L'eau-de-vie est alors vieillie en fûts pendant plusieurs années, souvent de 3 ans pour les plus jeunes, jusqu'à plusieurs décennies pour certaines anciennes.

 

Les différents types de Whiskies

Le whisky s'est plutôt bien exporté, et l'on en trouve de plusieurs sortes (en voici la liste des principaux) :

- Blended : C'est un assemblage de whisky de grain (qui n'a subi qu'une seule distillation, sans forcément trop de goût) avec un whisky de malt (pour le goût). C'est la majorité de la production.
- Single Malt : Ce whisky de malt ne provient que d'une seule distillerie, ce n'est donc pas comme un Blended un whisky de négoce.
- Single Cask : C'est souvent un whisky brut de fût (qui n'a pas subi d'adjonction d'eau), donc au taux alcoolique élevé. Il ne provient que d'une distillerie, que d'un seul fût, souvent numéroté. Il est souvent assez rare (et cher).
- Scotch : Dénomination des whiskies écossais (il doit avoir été vieilli au moins 3 ans sur le sol écossais).
- Whiskey : Dénomination d'usage des whiskies irlandais
- Bourbon : Whisky américain réalisé à base de maïs
- Rye : Whisky américain réalisé à base de seigle

Les années sur les bouteilles de whisky peuvent indiquer le millésime de ce dernier (pour les plus grands), ou alors l'année du plus jeune whisky présent dans l'assemblage.

Comme on peut le voir, les whiskies se sont plutôt bien exportés, et on en trouve désormais un peu partout dans le monde. Les principaux (du moins de mon point de vue) sont aujourd'hui les écossais et les japonais, trustant tous les classements et les ventes chez les amateurs. Faisons un petit zoom sur eux.

Les whiskies japonais

hibikiDeux groupes tiennent la production du whisky au Japon, Nikka et Suntory, tous deux plus ou moins fondés par Masataka Taketsuru, homme d'affaire japonais ayant fait ses armes dans les distilleries écossaises.

Nikka possède les distilleries de Nikka, Sendai et Yoichi. Ses single malts sont le Yoichi et Miyagikyo, et il produit des blends reconnus mondialement comme les Nikka From the Barrel, Pure Malt Black, Red et White, ainsi que le Taketsuru. Le Taketsuru 21 ans est régulièrement classé dans les meilleurs whiskies du monde.

Suntory possède quant à lui les single malts Hakushu et Yamazaki, ainsi que le blend Hibiki dont vous pouvez lire la dégustation ici.

Les whiskies japonais sont souvent parfaitement exécutés, et un peu comme les vins du nouveau monde, offrent une certaines perfection dans leur style. Ainsi, le Taketsuru se rapproche du style d'Islay (nous y reviendrons), l'Hakushu offre un whisky frais et salin etc... On leur critique souvent le manque de "terre", ces imperfections qui donnent pourtant tant de caractère à d'autres.

Les whiskies écossais

lagavulinJe ne ferai pas la liste des distilleries ici, cela serait beaucoup trop long ! Non, je vais plutôt parler des grandes régions de production et des distilleries phare de chacune :

Speyside : La plus grande zone de production, elle produit souvent des whiskies assez facile d'accès, offrant des notes plutôt fruitées, voir florales. On y retrouve aussi des arômes miellés. Les distilleries les plus connues sont Aberlour, Balvenie, Cardhu, Glenfarclas, Glenfiddich, Glenlivet, Knockando, Macallan...

Highlands : Région produisant souvent des whiskies plus fin, avec un peu plus de corps, mais souvent une belle fraîcheur, tels que Braeval, Balblair, Dalwhinnie, Oban ou Scapa.

Les îles produisent de nombreux whiskies aussi, chacune avec un style bien particulier (Jura sur l'île éponyme, Skye avec Talisker etc...). Souvent, elles produisent des whiskies associant des saveurs tourbées, fumées, avec un côté marin très affirmé. L'île d'Islay est la plus célèbre de toute, avec de très belles distilleries telles que Lagavulin (ma préférée, avec ses arômes presque pharmaceutiques si typiques), Ardbeg et sa puissance fumée sans précédent, Caol Ila etc...

Bref, voilà pour un rapide premier aperçu sur les whiskies. Vous ne savez pas tout, il est vrai, mais c'est déjà un bon début non ? D'ailleurs, quelques whiskies ont été développés ici si vous souhaitez en lire plus...

Si vous avez la moindre question...n'hésitez pas !

6 comments

  1. anto 23 novembre, 2013 at 10:57 Répondre

    je suis tombé y a pas longtemps sur un whisky de Tazmanie, as-tu déjà entendu parlé? L’alcool étant assez cher en Australie, j’ai préféré prendre une valeur sûre (un petit laga) mais je reste curieux et ce sera peut être la prochaine bouteille…

  2. Romain Lvcq 22 novembre, 2013 at 14:49 Répondre

    toujours un plaisir de lire tes chroniques oenologiques!
    pour cet article, je revelerai aussi les Whiskey, irlandais donc, qui sont une belle clé d’entrée au monde du whisky, surtout pour ceux qui sont rebutés par la puissance de la tourbe.

    je citerai donc 2 grands:
    – Bushmills (le meilleur selon mon gout) avec le black bush (abordable) ou le cherry cask (à se faire offrir par le pere noel, car incroyablement difficile à trouver et donc cher)
    – Tyrconnell pour les aficionados, le 10 ans d’âge est encore un peu sauvage, mais on peut trouver tout une collection de ces whiskey vieillis dans différents fût (cherry, madere etc.) qui offrent une magnifique dégustation
    n’hésite pas à tenter l’expérience!

    • tom2185 22 novembre, 2013 at 14:57 Répondre

      merci beaucoup pour ce commentaire !

      Pour les whiskies irlandais, j’avais trempé mes lèvres dans un Bushmills une fois…très joli effectivement, même si j’avoue ne pas avoir eu le même coup de coeur que vers THE whisky gallois (il n’y a qu’une distillerie) : Penderyn (voir l’article sur le Penderyn 41 dans les archives).

      Et pour les autres irish, dès que j’en verrai un dans mon champ de vision, je saute dessus pour regoûter !

      • Romain Lvcq 22 novembre, 2013 at 15:06 Répondre

        Vu, intrigué, sur ma liste de courses! je demanderai à mon caviste préféré s’il a ce fameux Penderyn 41, sinon internet me dépannera

        • JS 27 novembre, 2013 at 11:07 Répondre

          Pour continuer sur la filière irlandaise, je vous conseille le Midleton. C’est un Blend qui sort des alambics d’Irish Distillers. Il est assez rare et assez cher (production réduite à quelques dizaines de casks seulement il me semble), mais il vaut vraiment le détour et à mis une claque à l’amateur de tourbe que je suis…
          Chez lui aucun arôme fumé, que de élégance et de la douceur (pas du tout alcooleux, autant au nez qu’en bouche) autour de fruits et d’épices. Même mes amis les plus réfractaires au whisky l’ont apprécié !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :