Petit bilan de l’année 2013

Exercice obligatoire de ces fins d’années, l’heure est au bilan. Traduction : que s’est-il passé sur ce blog durant l’année, qu’en a-t-on retiré etc…  Mais je n’ai pas trop envie de parler du blog purement et simplement, mais plutôt de ce que j’ai découvert, de ce que j’ai appris du vin cette année… Avouez que ce petit bilan perso est – du moins sur le papier – vachement plus sympa qu’un récapitulatif de statistiques diverses et une histoire de changement de look non ?

dom_perignon

Ceci est bon...mais ceci est trop cher

Bon, il faut bien commencer par quelque chose, donc je vais vous parler avant tout de champagne. Cette année, j’ai goûté pour la 1ère fois un Dom Pérignon (et oui, le jour de mes 28 ans…il y a un début à tout !). Ayant passé quatre années à Reims même, et ayant écumé quasiment toutes les grandes caves, il était scandaleux de ne pas l’avoir fait avant…ou pas en fait. La cuvée en question était un Vintage 2000, ça commence à devenir intéressant, mais pas tant que ça non plus. Bon, ok, sortir plusieurs millions de bouteilles comme ça par an, j’ai envie de présenter mes respects à M. Moët. Mais franchement ? 150€ minimum dans une quille comme cela ? La bouteille est belle, le packaging à tomber et il est vrai, c’est le top pour faire rager vos potos sur Instagram. Mais vos papilles elles, elles vous disent qu’un Gosset Celebris ou une Grande Année de Bollinger (genre 1989…une autre magnifique quille de l’année…un gros merci à Didier pour ça), bah ça envoie quand même vachement plus.

Pour rester dans les choses qui envoient, baladez-vous donc à Oeuilly dans la vallée de la Marne. Oeuilly, c’est le QG de la famille Tarlant. Et les champagne Tarlant, c’est du youhouuuu, des papilles qui décollent et se mettent à danser avec joie et allégresse dans ta bouche. Une cuvée Zéro, Zéro Rosé, ou une cuvée Louis, ça vous en retourne plus d’un ! Et je ne vous parlerai pas des autres cuvées parce que bon, on pourrait en faire tout un pataquès (d’ailleurs, c’est déjà fait).

Et tiens, pour le prix d’un Dompé, payez-vous donc le quattuor Tarlant, Charlot, Egly-Ouriet et Boulard. Vous gagnerez quelques euros, vous aurez plus de champ’ en stock, et mein Gott, vous découvrirez sacrebleu !

domaine_moun_pantai

Par contre, ceci est pas cher et vous retourne les papilles

Autres belles sensations de l’année, le domaine Moun Pantaï. C’est du Plan de Dieu dans la Vallée du Rhône. Laissez tomber, vous ne connaissez pas, mais vous devriez. C’est vivant, ça pète et ça glougloute, et en plus, ça ne coûte pas 150€ la quille. Alors moi je dis, vous sortez de chez vous et allez dégotter cela, vous m’en direz des nouvelles.

J’en passe et des meilleurs, de quelques magnifiques domaines alsaciens (la finesse des Agathe Bursin, la rigueur splendide des Riesling de la Cave de Ribeauvillé….), la balade olfactive à St Joseph ou encore la confirmation de la vie et du corps des beaux Bourgueil (Yannick Amirault, Domaine Audebert et domaine du Bel-Air, me voilà !). Bref, beaucoup de confirmations, de plaisir et de partage…tout ce que l’on doit avoir avec un vin non ?

Mais sortons un peu du vin, car en cette année 2013, j’ai aussi bien expérimenté les cocktails. Univers aussi un peu magique, que des Sullivan, des Carlos m’ont fait découvrir et aimer. Un certain Eric y est aussi pour beaucoup, et il se reconnaîtra ! J’ai beaucoup tourné autour de ce sujet sans jamais vraiment m’y jeter, mais cette année, j’ai mis un petit coup d’accélérateur : découvrir de belles matières premières (alcools comme soda), les bases, les techniques… et sans vouloir me vanter, mes convives ayant testé mes cocktails me demandent quand sera la prochaine session. Flatteur non ?

grosperrin_1992

1992 et toutes ses dents !

L’autre branche « spiritueux » que j’ai réellement découverte cette année est le Cognac. Derrière une image un peu vieillotte et élitiste (en France du moins), se cache un alcool hyper complexe, avec une palette gustative large et d’une richesse assez imparable. Moi qui étais grand fan de whisky, je dois avouer que j’ai été bluffé, et que j’hésiterai trèèèèèès longtemps si je devais choisir entre un verre de bon whisky et un verre de bon cognac. En même temps, le whisky a cet avantage du coût, un bon étant quand même moins cher qu’un bon cognac. Mais quand vous comparez des grands cognacs (wink wink aux millésimes de la maison Grosperrin) aux grands whiskies (wink wink à l’Hibiki 30 ans), et bien mon choix est fait. Et on va encore me taxer de chauvin avec cette histoire-là…

Et donc, quelle sera la trame du blog pour 2014 ? Honnêtement, je n’en sais rien ! Je vais continuer à vous parler de ce que je découvre, de ce que j’aime, que ce soit en vins, cocktails ou spiritueux. Si vous avez des envies particulières, n’hésitez pas à me contacter, je suis aussi là pour ça ! Ce ne sont pas les méthodes qui manquent entre Facebook, Twitter, Google Plus, Instagram et les autres. Ce qui est certain, c’est que j’espère continuer à vous avoir comme lecteurs, et que vous continuerez de vouloir en quelque sorte partager avec moi mes découvertes, mes sensations, mes coups de cœur et coups de gueule.

Et parce qu’un bilan n’est rien sans cela, je vous souhaite également une excellente année 2014 !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :