L'impact des phases de la Lune dans vos dégustations

Par principe, je suis assez opposé, ou au moins sceptique, à l'idée qu'une chose me paraissant aussi lointaine que la Lune puisse avoir un impact sur mes dégustations. On retrouve ici mon esprit de contradiction, qui s'est déjà illustré dans ma vision du bio et de la biodynamie.

Mon caviste préféré a toujours utilisé un calendrier lunaire afin de mieux conseiller ses clients, et il n'est pas rare qu'il m'ait vendu un millésime différent de celui en vitrine (pour le même prix), uniquement car ce dernier s'adaptera mieux à la phase actuelle.

Il faut savoir qu'il y a quatre phases dans un calendrier lunaire : racine,  feuille, fleur et fruit. Pour faire simple (et un agriculteur utilisant ces informations pour cultiver en biodynamie me frappera certainement pour ce que je vais dire), les vins sont censés se déguster mieux, être plus ouverts en journée fleur ou fruit qu'en journée racine ou feuille où ils seront plus austères. Un jour où j'en saurais plus, je vous en dirais plus, promis !

Naturellement, je ne crois pas à ce genre de choses. Sauf que l'expérience s'est jusqu'ici quasiment toujours révélée vraie. Sur certains vins produits en biodynamie, ou du moins produits dans un respect de la Terre et exprimant leur terroir, il m'est arrivé de trouver des vins "sous le niveau". Je connaissais déjà la bouteille, le producteur, et bien que sans imperfection, la bouteille se montrait fermée, difficile à goûter. À chaque fois que, par ce qui est devenu un réflexe, j'ai été voir un calendrier des lunes. Et bien à chaque fois nous étions en jour racine...

À contrario, parfois des vins se dégustent parfaitement bien, et ces jours sont en fleur ou fruit.

Malgré ces multiples expériences, je dois avouer mon inconfort, partagé entre cette envie de croire à l'influence de la Lune sur mon vin (elle agit bien sur les marées), et mon côté sceptique (en mode : « J'y crois pas »). Notons que je n'ai jamais dégusté en me basant sur ces phases de Lune, je les ai toujours constatées à posteriori.

Bref, je reste circonspect... La suite à la prochaine dégustation !

1 comment

  1. Steeve CAYLA 22 juin, 2012 at 14:04 Répondre

    Jamais entendu parler de ça ! Mais ça ne m’étonnerait que peu — comme tu dis, ça agit sur les marées ; ça agit aussi sur le sommeil (y paraît), ça agît potentiellement sur les femmes (là je m’avance peut-être, mais j’ai du mal à le vérifier par moi-même). Donc dans tout ça, je m’en vais fouiner un peu plus sur cette histoire de lune trucmuch et voir si je goûte différemment selon la période. (Tu me diras, déjà tentons de goûter tout court, on verra pour les facteurs environnementaux quand on saura vraiment goûter !)

    pluche 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :