Les vins chers sont-ils forcément bons ?

Je me suis posé cette question un jour en voyant un ravissant article sur Slate que l’on m’avait forwardé…et me suis dit que c’était une question qui m’avait finalement assez souvent été posée. Donc plutôt que d’apporter une réponse (incomplète) à chaque fois, autant tenter d’y répondre bien aujourd’hui, qu’en pensez vous ? Alors évidemment, cette réponse ne sera pas non plus la plus complète qui soit mais bon, on fait ce qu’on peut ^^

Le vin a un prix

soldesEn premier lieu, je pense nécessaire de rappeler une phrase que j’aime beaucoup et cite régulièrement : « ce qui est de qualité est cher, mais ce qui est cher n’est pas forcément de qualité ». Effectivement, il y a un prix plancher en dessous duquel sortir un vin de qualité n’est juste pas possible. Pour donner une estimation rapide, notez que selon le Référentiel Technico-Economique du Vigneron Bordelais, le coût de revient d’une bouteille est de grosso modo 3 € pour une exploitation de 25 ha ayant un rendement de 45 hl/ha. Notez que ce prix est obtenu pour un vin embouteillé du bordelais, vieilli en cuve, hors frais de distribution et taxes… Juste à titre de rappel, et nous citerons notre ami le Taulier, qui nous indique, sources à l’appui, que la taxe pour un vin tranquille est à 3,66 €/hl. Rappel d’école, 1 hl = 100 l, donc le rapport à la bouteille est ma foi assez négligeable, bien qu’existant. La TVA est, quant à elle, bien moins négligeable, aux environs de 20% aujourd’hui (19,6%  jusqu’au 31 décembre, 20% après). Bref, arrêtons les maths, cela vous donne : en dessous de 3,50 € environ, il est impossible de faire du vin décent. Et bizarrement, c’est souvent le cas.

Après, ce qui est cher n’est pas toujours de qualité, il est vrai. Cependant, quitte à rester dans les maths, nous parlerons ici plutôt de probabilités. La probabilité de dénicher un mauvais vin à un prix avoisinant les 30€ est plus faible que d’en trouver aux alentours de 10 €. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit hein, tous les vins à 30 € ne sont pas bons, tous ceux à 10 € ne sont pas mauvais. Non, mais trouver une bonne quille aux alentours de 10 €, sans investir un peu de temps en dégustant, découvrant, chinant (et pas en grande surface j’entends…) est plus ardu que d’en trouver une bonne à 20 €. Je ne ferai pas de régression linéaire ni de complexe fonction mathématique pour calculer la probabilité de trouver un vin de qualité dans une fourchette de prix, mais vous m’avez compris.

Mais le prix n’est pas qu’un reflet de la qualité du vin

la_tacheCe serait bien trop simple ! Si c’est cher, c’est de qualité (notez, je n’ai pas dit « bon », j’ai dit « de qualité »), alors plus c’est cher, plus la qualité est élevée… Alors oui, effectivement, on a plus de chances de tomber sur un grand terroir, une grande région, une vinification sérieuse… avec un prix élevé. Après, la question qui se pose : Entre un Dujac ou Mikulski à 40-50 € la bouteille et la Tâche de la Romanée-Conti, aux alentours de 300 € (en sortie de cave, pour les heureux allocataires du DRC), ce n’est pas tant le travail du vigneron, ni le soin apporté aux vignes qui importe. La richesse du terroir y joue aussi beaucoup…mais aussi la réputation, l’image du domaine. Il n’est donc pas ici question de qualité pure, mais aussi d’histoire, de terroir… j’aimerais vous dire de goût, mais n’ayant jamais encore eu la chance de goûter à la production du Domaine de la Romanée-Conti…voilà voilà…

Pour faire une relative comparaison, toute proportion gardée, prenez le cinéma hollywoodien. Un des plus gros succès de l’année dernière était L’Odyssée de Pi.  Au-delà du « j’aime/j’aime pas », ce film était quand même une belle réussite qualitative. De bons acteurs, des effets spéciaux somptueux et un scénario qui tenait bien la route. Pour un budget bien supérieur, nous avons eu aussi  Battleship (120 millions de $ pour Pi, 210 millions pour le second). Acteurs plus que passables, effets spéciaux hasardeux, et scénario creux …et je vous épargne la réalisation. Alors oui, il y a quand même un minimum qualitatif sur Battleship, mais il ne suffit pas, l’argent, le coût ne fait définitivement pas tout…ni la réussite, ni le plaisir que l’on peut ressentir devant le film.

Le goût dans le vin

odyssee_de_piSauf que, sauf que, la qualité de vinification, de travail d’un vin, n’est pas non plus ce que l’on recherche en priorité non ? Cinématographiquement parlant, malgré le fait que 2001 l’Odyssée de l’Espace est considéré comme l’un des plus grands films de science-fiction de l’histoire que je ne lui préfère pas un bon Star Wars. On n’y peut rien, c’est comme ça.

Car le vin, comme le cinéma, est avant tout une question de goût, il faut se faire plaisir en le buvant, et dans ce cas, la question du coût ne se pose finalement quasiment pas. L’amateur de vins blancs préfèrera un vin blanc « moyen » à un grand rouge, et inversement. Alors oui, entre un blanc « moyen » et un grand blanc, il y a fort à parier que son choix se portera sur le second…mais c’est tout sauf une certitude !

L’émotion du vin

moelleux-vouvray-brisebarre-1985Car le vin, derrière un prix, derrière un goût, c’est aussi une émotion. Il raconte une histoire, celle de son sol, de son millésime, de l’homme qui lui a donné la vie. A cépage, millésime et terroir presque équivalents, je préfère toujours le Vouvray de Philippe Brisebarre à celui du Domaine Huet. Pourquoi ? Ce n’est pas une question de prix, le second étant bien plus cher que le premier, ni une question de goût, j’adore les productions de ces deux domaines.

Non, c’est l’émotion que me procureront ces vins dont je parle. Les vins de Philippe Brisebarre sont expressifs, une certaine incarnation « rustique » du terroir. Moins parfaits, plus humains. Là où un vin sera bon, l’autre vous retournera par une petite touche personnelle. Comme le disent certains, c’est un vin qui a de la gueule !

S’il faut conclure (et il le faut toujours), la réponse à la question initiale est clairement non. Non, un vin bon n’est pas forcément cher, et le vin cher n’est pas forcément le meilleur. Face à un présentoir avec plein de bouteilles, si l’on n’y connaît rien, oui, on a potentiellement plus de chances de se trouver face à une bonne bouteille en prenant la plus chère, mais c’est loin d’être une règle immuable. Mais surtout, pourquoi se cantonner aux présentoirs à bouteilles impersonnels de la grande distribution quand on peut aller chez un caviste passionné qui vous conseillera au mieux ? Hein ? Je vous le demande…

1 comment

  1. LCC 28 octobre, 2013 at 10:50 Répondre

    Bonjour,

    La lecture de votre article m’incite à vous faire part du lancement d’un nouveau Salon du vin à Paris : Le Salon des Outsiders de Jean-Marc Quarin, critique indépendant des vins de Bordeaux. Il y évoque tous vos questionnements lors d’ateliers de dégustation le 23 novembre prochain au 8 Valois.

    Venez nombreux!

    http://www.lesalondesoutsiders.com

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :