Les préjugés du vin #3 : La gueule de bois/Les mélanges/Le soufre

the_hangoverNouvel article sur les préjugés du vin avec un sujet que beaucoup connaissent : la gueule de bois (et son mal de tête associé). Que n’ a-t-on pas entendu à son sujet ! Face à cela, vous avez plusieurs écoles :

  • Le fan des proverbes : « Blanc sur rouge, rien ne bouge, rouge sur blanc, tout fout le camp ! » (sérieusement ?)
  • L’expérimenté : « Ce sont surtout les mélanges qui sont mauvais ! »
  • Le bobo : « Tout ça, ce n’est que la faute du soufre ! Buvez nature ! »
  • L’hédoniste : « Ce n’est pas la quantité, mais la qualité qui compte ! »
  • Le trader : « Ne buvez que de la vodka, aucun souci avec elle ! »

L’avantage, c’est que tout le monde a tort...et tout le monde a un peu raison. On en sait finalement peu sur la gueule de bois, si ce n’est que c’est un ensemble de réactions dues à la consommation (excessive ou non) d’alcool. Comme souvent donc, nous éviterons les certitudes afin de plutôt regarder ce que la science nous raconte de cette célèbre « GDB ».

Il semblerait déjà que la gueule de bois soit assez proche de la sensation d’hypoglycémie, la consommation excessive d’alcool entraînant une réaction vive du corps qui s’apparenterait à cela.

featured_gin_tonicMais quel est, au-delà de l’alcool, la cause de cette gueule de bois ? Selon une étude du Centre de Traitement en alcoologie de Lausanne, il semblerait que les fautifs de votre réveil difficile soient plutôt des congénères de l’alcool. Effectivement, lors de la fermentation alcoolique et l’élaboration des vins et spiritueux, des molécules telles que le méthanol (essentiellement), l’histamine, les polyphénols et autres amines et amides sont libérées dans votre breuvage. Et ce, à plus ou moins haute dose.

Ainsi les vins et alcools bruns (whisky, cognac...) en seraient beaucoup plus pourvus que les alcools blancs (gin, vodka...). Un lien direct entre ces congénères et l’intensité de la gueule de bois a été déterminé, et il semblerait donc que nous ayons un coupable. Oubliez donc le soufre, les blancs sur rouges et tutti quanti...même si effectivement, un vin de qualité ou nature a potentiellement moins de ces congénères qu’un autre, et que la vodka semble pus épargnée que les autres spiritueux (car plus proche de l’alcool pur).

Quoi qu’il en soit, cela reste surtout la consommation excessive qui vous provoque cette gueule de bois...donc la prochaine fois, buvez avec modération, vous verrez, tout va mieux après 😉

1 comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :