Les préjugés du vin #2 : La capsule à vis

Suite de notre série d’articles sur les préjugés du vin (le premier, c'était la semaine dernière), nous allons aujourd’hui traiter d’un vaste sujet : la capsule à vis.

Liège  =qualité, capsule = piquette

bouchonEn France (ou pourrions-nous dire en Europe en général), nous sommes très attachés à la tradition du bouchage liège sur nos bouteilles de vin, ainsi que du cérémonial associé. Qui serait prêt à perdre le délicieux « plop » du débouchage contre un « crak » d’une capsule à vis ? Je n’en vois pas beaucoup dans l’assemblée...

D’ailleurs, le vin bouché par une capsule est souvent perçu comme un vin bon marché, de faible qualité et fait pour une consommation immédiate. On pense ainsi aux nombreuses bouteilles de rosés qui ont été consommées cet été...

Histoire de la capsule

chardonnay_chenin_sauvignon_paumanokCependant, le choix de la capsule à vis par rapport au bouchon en liège se pose de plus en plus. Historiquement, la capsule à vis a été adoptée dans le monde du vin...pour des raisons de rupture de stock de bouchon de liège ! Effectivement, le liège est une matière longue et complexe à produire, et l’essentiel de la production est assurée en Europe, et plus spécialement au Portugal. Ainsi, quand la Nouvelle-Zélande cherche à produire du vin dans les années 70, ils se tournent naturellement vers l’Ancien Monde pour s’approvisionner en bouchons. Sauf que le stock est limité, et donc, il ne reste que des miettes, et encore, des miettes de piètre qualité. C’est donc à ce moment que la capsule à vis semble avoir été adoptée.

Adoption réussie, car après la Nouvelle-Zélande, elle commence à se déployer chez son voisin australien, puis dans l’ensemble des producteurs du « Nouveau Monde ». D’une solution de contournement, elle semble devenir une vraie arme de sécession viticole entre le Nouveau et l’ Ancien Monde ! Cependant, certains producteurs lui préfèrent encore le bouchon en liège. Pour ses qualités ? Sa durabilité ? Son échange avec l’air ? Non, rien de tout ça, juste pour « le côté romantique ».

Capsule à vis & liège : Mêmes avantages ?

bouchon_liegeOui, car la capsule à vis possède de nombreux avantages. Déjà son coût (en moyenne 20% moins chère qu’un bouchon de qualité équivalente), mais aussi sa qualité constante et son absence de déviance tel que le TCA ou « goût de bouchon ». De plus, elle permet de diminuer légèrement les quantités de soufre à la mise en bouteille, ce qui est toujours bon à prendre ! La sélection des joints d’étanchéité sur les capsules permet aussi de choisir quel échange l’on souhaite pour le vin avec l’air. C’est ainsi que les vins encapsulés vieillissent aussi bien que les vins embouchonnés ! Si vous n’en êtes pas certains, allez donc voir du côté de quelques  grands vins allemands ou autrichiens. Même après 20 ans, leur évolution est parfaite...et sous capsule  vis !

En conclusion, si il est vrai qu’aujourd’hui, la capsule à vis sur les vins français est plutôt liée aux « petits vins », c’est surtout question d’éducation, le public français n’associant pas la capsule à vis aux vins de qualité. Et pourtant, cette capsule mérite beaucoup d’attention, et est au moins aussi bonne que ses camarades les bouchons. A quand la fin de cette guerre donc ? Car si je veux toujours un bouchon en liège sur mon 1er cru les Amoureuses (avouez qu’il faut une dose de romantisme là), rien ne m’empêcherait de décapsuler tout autre vin... qu’attendons-nous ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :