Ces cocktails si simples mais si complexes…

Cela fait un certain temps que j’ai envie de parler de trois cocktails très simples, aisés à reproduire chez soi, mais nécessitant tout de même de bons ingrédients.

Je ne reviendrai pas sur l’importance du choix des ingrédients dans ses cocktails (oui, je l’ai déjà fait ici), mais je vais juste vous faire une petite présentation de ces cocktails faciles et rafraîchissants, qui sont toujours un plaisir à siroter.

Le Gin Tonic (G&T pour les intimes)

gin_tonic_fever_tree

Et ça vaut pour le 1/4 restant

Rien de plus classique que le gin tonic me direz-vous. Une lampée de London Dry Gin (souvent du Gordon’s au mieux), le tout arrosé de plus ou moins de Schweppes dans un bon verre en plastique, et la soirée…se finit mal.

Sans aller jusqu’à la notion d’art, le gin tonic peut s’avérer bien plus complexe que cela chez les amateurs. Certains iront même jusqu’à entrer dans des débats impossibles, dignes des grandes batailles sur les proportions idéales d’un Dry Martini (sur lesquelles je ne reviendrai pas non plus, de peur de perdre une part franche de mon lectorat).

N’empêche qu’un gin tonic change selon le gin choisi. Entre un Citadelle plutôt frais, un Martin Miller’s plus marin et un Bombay Sapphire plus épicé, c’est déjà radicalement différent. Alors imaginez si on s’amuse à sortir un gin vieilli en fût comme un Citadelle Réserve, un porté sur les agrumes comme le Perry’s Tot ou encore un gin plutôt herbacé comme le Terroir Gin de la micro-distillerie californienne St.Georges. Bref, les possibilités sont multiples.

featured_gin_tonicEt comme s’amusent à dire nos amis de Fever Tree, 4/5e du G&T est du tonic, donc il faut bien savoir le choisir. En l’occurrence, j’avoue mon grand faible pour le Tonic Water de Fever Tree. Plusieurs versions existent, du méditerranéen à celui parfumé au sureau (Elderflower), ce qui multiplie le champ des possibles. Vous pouvez aussi jouer sur d’autres tonics, comme les Thomas Henry ou les Fentimens…

Vous voyez donc l’univers des possibles sur un cocktail aussi simple d’apparence que le G&T ? C’est fou non ? Avouez que d’un coup, le Gordon’s/Schweppes vous semble n’être qu’un tout petit bout de l’iceberg hein ?

J’oubliais, vous pouvez aussi enrichir votre G&T avec des petits aromates comme le citron, la noix de muscade, la cannelle… de quoi ne jamais voir le gin tonic deux fois de la même manière 😉

Au niveau des dosages ? C’est aussi selon la préférence de votre palais… Personnellement, je suis un adepte de 5cl de gin pour 15cl de tonic, mais cela n’engage que moi.

Le Horse’s Neck

horse_s_neckSans avoir la même aura que le G&T, le Horse’s Neck est un cocktail qui mérite d’être connu. Il est aussi terriblement simple à exécuter, mais offre énormément de plaisir. Pour le réaliser, j’utilise peu ou prou les mêmes proportions que pour mon G&T : 5cl de cognac pour 15cl de ginger ale.

Du cognac ??? La boisson que grand-papy boit avant d’aller se coucher ? Bah oui. Le cognac, c’est pas juste la boisson de grand-papy, c’est un superbe spiritueux (cf. mon voyage de l'année dernière...), qui mérite sa place au panthéon des bases de cocktail. D’ailleurs, le Sidecar, le Sazerac, vous croyez qu’ils utilisent quoi hein ? Du cognac, et oui.

Mais revenons à nos moutons, prenez donc un cognac. Encore une fois, un Camus de l’Île de Ré un peu fumé (d'ailleurs, je vous en parle bientôt de celui-là...) n’aura pas le même impact sur votre cocktail qu’un VSOP Meukow ou une Fine de Cognac de Rémy Martin. Et j’en passe.

Après, je n’ai jamais essayé avec un vieux cognac, je suis certain que cela changerait, après est-ce que le plaisir procuré serait supérieur à la complexité offerte par un tel cognac bu seul, je ne sais pas… encore une chose à tester 😉

Quant au Ginger Ale à utiliser, j’aurais tendance à dire qu’il faut laisser le Canada Dry au placard… d’ailleurs, que faîtes-vous encore avec du Canada Dry ? Personnellement, j’aime beaucoup le Fever Tree (et en plus, il est relativement facile à trouver de nos jours dans nos contrées), mais on m’a dit aussi beaucoup de bien des Boylan Bottleworks, Vernor’s, Thomas Kemper…

Le Dark ‘N’Stormy

dark-and-stormy

Source : http://www.simplyrecipes.com/

Attention là, on attaque du lourd. Je ne m’appesantirai pas sur les proportions, je garde mon 5/15 habituel. Non, ici, le côté tricky vient du choix du rhum…et du choix de la ginger beer, qui sont, étonnamment, les deux composantes de ce cocktail.

Primo, la ginger beer. Je vous arrête tout de suite, ce n’est pas la même chose que le ginger ale. Un ginger ale, c’est une eau pétillante aromatisée avec du gingembre. La ginger beer, elle, est issue de la fermentation du gingembre. Techniquement, cela donne une ginger beer souvent plus puissante en bouche, et surtout beaucoup plus épicée, l’idéal donc pour un Dark ‘N’ Stormy réussi.

Une bonne ginger beer ? Sans être très original, je reste un adepte de nos chers Fever Tree, toujours pour les mêmes raisons. Produit de grande qualité et facilement trouvable en France. Après, pour avoir goûté la Fentiman’s, le Pimento et le Crabbies, toutes étaient très bonnes, différentes, avec une personnalité bien à part. La Cock & Bull est aussi très réputé, tout comme la DG Jamaican Ginger Beer, le choix est vaste.

En face, il faut même un rhum épicé. Oui, un rhum épicé, un bon vieux rhum ambré dans lequel on s’est amusé avec de la cannelle, de la muscade, de la vanille…bref, ce qui passait dans le coin. Historiquement, le Dark ‘N’ Stormy se fait avec le Gosling’s Black Seal, rhum mythique qui passe effectivement très bien sur ce cocktail.

Après, d’autres rhums épicés font très bien le job. Je pense notamment au Kraken ou au Bristol Black. A vous de jouer après pour trouver l’équilibre parfait…et surtout celui que vous préférez !

Vous avez compris donc : gin tonic (Gin + Tonic), Horse’s Neck (Cognac + Ginger Ale) et Dark ‘N’ Stormy (Rhum Epicé + Ginger Beer) sont des cocktails à la fois simples et complexes, offrant des combinaisons virtuellement infinies d’arômes et de styles. Et en plus, c’est facile à faire chez soi. Donc maintenant, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas vous y mettre, n’est-ce pas ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :